Jean-Marc Brien

Tu es parti brutalement, d'un coup, comme ça et comme tu as toujours fait finalement, libre. 

Libre devant ce que d'aucuns nomment la fatalité ou le destin pour mieux s'y résigner, et dont tu avais finalement trouvé les moyens de la maîtrise.  Ton destin à toi aura été celui d'être un homme libre de choisir, et surtout quand le choix se résume à . 

-------------------------


© DPI 2018